Les dessous du blog et des blogs en générale

 

Bonjour les filles. Aujourd’hui, un article différent qu’à l’accoutumer, un pavé dans la mare diront certaines, cracher dans la soupe ou une tempête dans un verre d’eau pour d’autres et si ça ce trouve, il ne trouvera pas écho. C’est un sujet qui me trotte depuis quelques jours et tant pis si j’écorne un peu mon image. Le débat aura au moins le mérite d’être posé.

Lorsqu’on commence à se faire connaitre, on commence à recevoir des propositions de la part de marque, de boutique ou d’autre site (j’exclus volontairement les propositions totalement délirantes). Pour certaine, c’est juste une demande d’échange de lien, un échange d’article pour d’autres, c’est un test, une proposition de partenariat ou encore ce qu’on appelle du placement de produit. On va donc faire un petit tour de ces propositions.

 

Le plus courant, l’échange de lien.

Le but est de créer ce qu’on appelle des liens en dure pour séduire les robots de Google, Bing, Yahoo et tous les autres, mais surtout Google. Plus on multiplie ces liens, plus Google pense que le site est pertinent donc méritant un meilleur référencement et un meilleur page-rank. Il y a un second but, celui de capter une partie de son lectorat et de profiter de son image.

Il y a deux cas de figure, dans l’un cet échange est profitable aux deux parties, chacun y gagne ; dans l’autre, le lien profite uniquement à l’une des parties.

 

La pub sous toutes ses formes.

Bon, je ne vais pas vous expliquer ce qu’est une pub, on en mange tous quand on allume notre télé. Il y a plusieurs formes de pub.

– La première et pas la plus fine, c’est l’installation de pop-up qui s’ouvre a chaque fois que vous aller sur un site, bien souvent, c’est pour des sites douteux ou des VPC. Ce type de pub est faut l’avouer, est casse bonbon… Perso, j’utilise ad-block parce que marre des pubs invasive.

– Le bandeau adsense. Google paie pour émettre sur votre site des publicités de leurs clients.

– Ça peut-être la vente d’un espace sur le blog pour un bandeau ou un lien.

– L’affiliation, où la blogueuse touche une commission si une cliente commande par son intermédiaire.

– Les partenariats, les marques ou les boutiques envoient des produits et en échange le blog en fait la revue. Dans la majorité des cas, on a carte blanche pour en faire le retour, on peut avoir des infos sur des créneaux de publication. Il peut arriver que l’article doit être validé avant publication.

– Puis il y a le fameux placement de produit. Il y a deux formes, certaines marques offrent simplement le produit pour qu’il soit porté / utilisée et c’est tout, libre au blogueur de le porter ou non (bon là faut être hyper connue) ; d‘autres marques vous offrent le produit et une contre-partie financière, si certaines marques acceptent que ce soit transparent, d’autres préfères que ce soit fait en louzdé. Pas très honnête pour cette dernière pratique, que ce soit de la marque et je dirais d’autant plus pour le blogueur qui accepte car il prend ses lecteurs pour des pigeons / pompe à fric.

C’est ce qui vient de mettre le feu aux poudres dans la blogosphère et dans la vlogosphère.  Il y a quelques jours / semaines, c’était encore l’omerta face à ses pratiques douteuses des marques, on savait mais on ne parlait pas. Là le raz le bol est un peu à son comble et certaines blogueuses ou vlogueuses ont brisé le silence et on ouvert la brèche, les langues se délies.

Les conditions imposées par certaines marques sont au mieux moralement douteuses, au pire flirt avec l’escroquerie. Comment affirmer qu’un produit est top génialisme alors qu’on sait pertinemment que le produit n’a pas les qualités vanté. Comment se regarder ensuite dans une glace, alors que l’on sait qu’on a contribué à floué des personnes. Certes, personne n’a mis un pistolet sur la tempe des lecteurs pour qu’ils achètent, est-ce l’argument pour s’endormir tranquillement le soir ? Que diriez-vous si lors d’une présentation ici sur le blog, à l’écrit ou en vidéo, je passe du coq à l’âne et je vous vante les qualités du dernier pneu top moumoute, que je viens juste de découvrir lorsque je suis allé au garage puis que je reprenne le cours de sujet initial ? Et que je le fasse uniquement contre monnaie sonnante et trébuchante, sans même avoir testé les pneus, et surtout sans rien dire, ba oui je vais pas vous dire que je vous prend pour des pigeons en plus… C’est pourtant, c’est ce qu’on peut voir parfois. C’est plus subtil que mon exemple et pourtant pas si éloignée… Parfois, c’est juste avoir le produit dans le champ, je reprends mon exemple de pneu, vous le verrez (ainsi que la marque) sur chacune de mes photos ou mieux dans une vidéo… Le vice est poussé à son paroxysme lorsqu’ils fournissent en plus le texte… Quoi demander de plus ?

Le monde des blogueuses / vlogueuses n’est pas toujours très rose pailleté, ni très reluisant. Si beaucoup refusent le côté obscur de la force, heureusement, certaines ne sont pas très regardante, l’appât du gain semble sans limite.

À la base (enfin pour moi), les blogs sont créés par passion, pour partager, créer des liens, donner son avis objectivement sur tel ou tel produit / vêtement et pour beaucoup d’entre nous, c’est toujours le cas, que l’on soit petite ou grande mais vous comment savoir si la revue positive d’un produit est réelle ou payé ? ou inversement, il peut y avoir des campagnes contre une marque, où les produits sont démonté pour avoir des propositions commerciale de celle-ci, ça ce fait aussi. Il n’y a aucune réglementation, donc aucun moyen tangible de savoir.

En réfléchissant sur cet article, je me suis pas mal remise en question. Suis-je suffisamment transparente ? Être ni trop, ni trop peu. Doit-on imposer une totale transparence au risque de tomber dans des excès comme publié sa déclaration d’impôts ? (ce qui n’arrivera jamais). Accepterais-je de l’argent, un produit pour alimenter mon blog et à quel prix ? En clair, serais-je prête à vendre mon âme et où sont mes limites. J’avoue que ce n’a pas été forcément très simple comme réflexion. En tout cas, je resterais moi-même et je me regarde dans une glace sans en rougir.

J’ai remarqué que bien souvent, j’affiche la bannière de mes boutiques partenaires même quand j’ai acheté le produit. Pour être honnête, il y a plus qu’un simple lien commercial entre les responsables de ces boutiques et moi, ce lien, c’est créer au fil du temps et au final, je le fais sans même y penser et je continuerais à le faire, car je ne vois pas pourquoi je devrais changer, à moins d’une réglementation à ce niveau. En dehors de ce cas bien précis, j’indique la provenance du produit présenté.

Quant au fait d’être payée pour présenter et tester un produit, j’avoue sans honte que je ne suis pas contre et que je ne cracherais pas dessus. Qui n’aimerait pas gagner de l’argent pour faire ce qu’il aime ? Sans compter que ça m’aiderait bien a payer l’hébergement du blog, pouvoir faire appel à un info-graphiste au lieu de bidouiller moi-même, m’équiper un peu mieux et aussi organiser régulièrement des concours et il y a un vrai boulot d’abattue lorsqu’on veut bien faire. Pourtant, je ne suis pas prête à courber l’échine ou vendre mon âme sur l’autel du dieu pognions. Ça ne me gêne pas non plus que X ou Y soit payé pour me présenter un produit, tant que le retour est honnête et conforme au produit, de quel droit pourrais-je dire « bouuuuuuu c’est mal » si c’est fait en toute authenticité et transparence ? Finalement, chacun est content et personne n’est lésé, que ce soit la marque, le blogueur ou le lecteur. Malgré tout, une réglementation serait peut-être bien venue, histoire de faire cesser les placements de produits pas malhonnêtes.

J’y ai longuement pensé à cet article, aux mots utilisé et du temps s’est écoulé entre la première ligne et celle-ci et sans doute le moment où je cliquerais sur « planifier » une dernière fois. Que puis-je y faire à mon petit niveau et que pouvez vous faire à votre niveau ? Seule, pas grand chose mais toutes ensembles on peu faire bouger les choses. Comment ? Je ne sais pas trop, peut-être en commençant qu’on pourrait créer une sorte de charte de bonne pratique et d’utiliser trois petits logos qui indiquerait la provenance du produit comme on en trouve sur certains blogs américains.

Acheter, Offert et Parrainer

A creuser…

Certes, je ne suis pas totalement stupide, le fait d’utiliser volontairement ses tags, ne prouvera pas forcement que c’est vrai et on ne peut pas être derrière une blogueuse, mais la blogueuse s’amusant à cela serait vraiment malhonnête et au final tout se sait…

Je ne suis pas Tartofraises ou Enjoyphenix pour ne citer qu’elles ; je n’ai pas leurs influences, ni leurs notoriété, mais pourquoi pas, après tout. Rome ne s’est pas fait en un jour, donc même si demain, je me retrouve peut-être seule avec mon idée et à la mettre en pratique, peut-être que cette idée fera son chemin et que plus tard, nous soyons nombreuses à adopter cette position.

 

xo xo Natacha

Les blogs, les pubs, le partenariat et les produits placés…
Publié le Publié dans Humeur

Laisser un commentaire